23 mars, 3ème tour social

carte-regionales.jpg2 dimanche de suite, les électeurs ont envoyé un
signal fort au gouvernement. Pour reprendre un slogan de campagne du Front de Gauche, les citoyens « ont mis une bonne gauche à la droite ». Hélas, une abstention très forte et une remontée du FN
permettent, malgré les discours « profil bas » des plateaux télé, au gouvernement de faire l’autruche et de ne pas voir le mécontentement des Français. Une première preuve de ce déni de réalité est
le faible remaniement ministériel qui résulte de ces élections régionales. 20 ministres sur les 39 qui composent le gouvernement étaient candidats (dont 8 têtes de liste régionales), les 20 ont
fini derrière les listes d’union de la Gauche et des Ecologistes, mais seul 1 candidat est remercié, Xavier Darcos. Un autre membre du gouvernement s’en va, Martin Hirsch, mais ce départ était plus
attendu et fait suite à une décision volontaire après la mise en place de sa mission première, l’élaboration du RSA. En revanche la contreversée Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outre-Mer (qui ne
souhaite pas partager l’enveloppe budgétaire pour les DOM-TOM à une autre collectivité que sa Guadeloupe et qui est la seule ministre à avoir perdu dès le 1er tour), ou le polémique Eric Besson
sont toujours en poste.

Le message du gouvernement est simple : « Nous ne changerons pas notre feuille de route ». Mais nous ne laisserons pas la bande à Sarko continuer à agir impunément. C’est pourquoi dès ce mardi 23
mars, de nombreuses organisations syndicales appellent à une grande journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle (public et privé). Cette journée a été choisie suite au sommet social
du 15 février (cf. « une retraite pour tous« ) qui n’a accouché que d’un vague planning. L’objectif est de
permettre à toutes les professions de se faire entendre sur des problèmes qui touchent tous les français mais qui sont ignorés par le gouvernement comme l’emploi, le pouvoir d’achat, les conditions
de travail et les retraites. Puisque seul le rapport de force fait foi aux yeux du gouvernement, une forte mobilisation empêchera le gouvernement de mener les discussions comme bon lui semble et
permettra aux organisations syndicales de pouvoir influer sur les ordres du jour et, espérons le, de se faire entendre dans la préparation des futurs projets de loi.

Car 2 tours ne suffisent pas à se faire comprendre, ce mardi 23, je participerai au 3ème tour, toujours plus social. A l’appel des 5 syndicats (CGT, CFDT, FSU, Solidaires et UNSA), et avec mes
camarades du PS et de la Gauche, je défilerai de République à Nation.

affiche-0757d.jpg

  

 

Partager l’article !
 
23 mars, 3ème tour social: 2 dimanche de suite, les électeurs ont envoyé un
signal fort au gouvernement. Pour reprendre un slogan de campagne du …

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Les commentaires sont fermés.