Archives mensuelles : avril 2010

Le 1er mai, on marche!

1erMai.jpgA quoi peut encore servir les manifestations du 1er mai m’a-t-on
demandé récemment, argumentant de manière un peu provocatrice que l’on avait déjà 5 semaines de congés payés, que le 1er mai était déjà férié et que l’on avait les 35 heures et les RTT qui vont
avec… Que demandent de plus les syndicats et les partis de gauche?

 

Un peu dans le même principe que le 8 mars et sa Journée Mondiale de la Femme, le 1er mai avec la Fête du Travail est un jour voué aux revendications du monde du travail car, hélas, beaucoup
reste à faire en France, en Europe et dans le Monde.

 

Cette année en France, plusieurs axes seront au centre des revendications.

En premier lieu les retraites. Le sujet est en pleine discussion entre le gouvernement et les syndicats actuellement. Une mobilisation massive partout en France montrerait que les travailleurs de
tous les secteurs d’activité sont derrières leurs syndicats pour qu’ils soient correctement entendus dans le projet de réforme de retraites qui sortira bientôt.

S’il est nécessaire de réformer les retraites, il ne faut pas perdre de vue l’égalité et l’équité. Chaque travailleur doit avoir une retraite à la « fin de sa vie active » qui lui permette de
continuer de profiter pleinement de la vie. Il faut faire en sorte que l’ouvrier qui travaille depuis l’âge de 16 ans, qui n’aura pas de nombreuses opportunités d’évolution de carrière et donc
dont l’évolution de salaire risque d’être faible, n’ait pas exactement les mêmes critères que le cadre moyen qui commence à travailler tardivement, dont les conditions de travail ne sont pas
difficiles, qui a de nombreuses perspectives d’évolution et à la clef un salaire qui a de fortes chances d’évoluer de façon limite exponentielle vers les dernières années de
cotisation. Cette réforme ne doit pas se construire sur du vent. On ne peut pas demander aux employés de travailler plus longtemps si rien n’est fait pour lutter contre le chômage, que ce
soit l’activité des plus de 50 ans que l’accès à un premier emploi stable pour tous les jeunes.

 

En effet, l’Emploi aura une part importante dans cette journée du 1er mai. Syndicats et partis de gauche, ensemble, luttent contre les licenciements, surtout de la part de grandes et prospères
multinationales comme Total ou Continental. Comme le propose le PS, il faut que l’Etat crée un pôle public d’investissement industriel pour réindustrialiser et développer les emplois de demain,
pour aider des régions comme le Nord et l’Est qui traversent une grave crise industrielle depuis plusieurs décennies. 

Les revendications sur l’Emploi incluent bien sur ceux qui n’en ont pas : les chômeurs à la recherche d’un emploi stable et non de petits boulots précaires, les plus expérimentés à la recherche
de leurs derniers trimestres de cotisations. Même si 360 000 chômeurs en fin de droits ont appris ce mois-ci que le gouvernement aller débloquer des aides exceptionnelles pour éviter qu’ils ne se
retrouvent sans revenus (le cas par exemple de 15 000 jeunes de moins de 25 ans, trop jeune pour recevoir le RSA), il faut tout faire pour que cette situation ne se reproduise plus en favorisant
la formation avant les licenciements ou en donnant au pôle emploi les moyens de ses objectifs.

 

Enfin, ce 1er mai sera l’occasion de revenir sur le sort des travailleurs sans papiers. Il faut régulariser massivement (et pas au cas par cas) tous les étrangers travaillant depuis de
nombreuses années en France. Ils participent à la bonne marche de l’économie française, la majeure partie paye des impôts, cotise pour le système de retraite mais risque à tout moment d’être
renvoyée dans un pays d’origine qui les considéreraient tout autant (voire plus) étrangers qu’en France.

 

 

Pour toutes ces raisons, et aussi par solidarité avec toutes les branches et leurs revendications qui leurs sont propres, je marcherai avec les Socialistes ce samedi 1er mai. A partir de 13h30,
je serai place de la République et j’espère que l’on sera nombreux pour se faire entendre du gouvernement!

1erMai_cle4bead2.jpg

 

Partager l’article !
 
Le 1er mai, on marche!:
A quoi peut encore servir les manifestations du 1er mai m’a-t-on
demandé récemment, argumentant de manière un peu …

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Une contravention et une dénaturalisation

arton544.jpgLa semaine dernière, par manque de temps et un peu par lassitude de parler toujours de la même chose, j’avais choisi de considérer
par le silence la volonté de François Fillon de présenter une loi pour l’interdiction totale du voile intégral en utilisant une procédure accélérée. Ca voulait dire pas de commentaire sur le
souhait d’éviter les débats à l’Assemblée Nationale sur un sujet qui a provoqué tant de remous lors de la commission parlementaire sur le sujet, ni sur le souhait de ne pas suivre les
recommandations de cette commission qui s’était prononcée contre une interdiction totale. Bien sur mon silence avait également pour but de ne pas souligner le mécontentement des présidents de
l’Assemblée Nationale et du Sénat (tous deux UMP).

 

Depuis a été révélé dans la presse un simple fait divers judiciaire d’une conductrice s’étant fait verbalisée pour conduite dangereuse car elle portait un niqab au volant. Montant de l’amende
22€, mais vu le contexte, l’affaire fait du bruit pourtant il n’y a toujours rien de bien passionnant dans cette affaire. Heureusement notre super gouvernement est là pour épicer le moindre fait
divers! Saviez-vous que pour une contravention de 1ère catégorie (degré le plus bas dans le barême des contraventions en France), une enquête était réalisée sur vous et votre famille? Je ne le
savais pas avant ce week end. Je l’ai découvert en apprenant que suite à cette contravention, le ministre de l’Intérieur s’est chargé de l’affaire et en a profité pour prévenir son collègue et
successeur au ministère de l’Identité Nationale que le mari de cette femme était un musulman extrémiste, polygame et fraudeur aux allocations familiales! Heureusement que le hasard fait bien les
choses et qu’une des femmes de cet homme soit imprudente au volant de sa voiture, sinon jamais nous aurions découvert l’arnaque! Hortefeux n’hésite pas une seconde et demande donc que ce
dangereux musulman soit déchu de sa nationalité française.

 

Ce fait divers qui dérape m’interpelle… Plusieurs interrogations ou pensées me sont venues à l’esprit…

La personne qui a verbalisé la conductrice vêtue d’un niqab a eu sacrément le nez creux pour tomber sur la femme d’un mari « polygame » et « fraudeur aux allocations familiales »! Je ne sais pas qui
a eu l’idée, mais c’est sacrément bien pensé que d’enquêter sur l’entourage de la conductrice! De là à penser à un coup monté, une supercherie des RG pour faciliter le travail de sappe du
gouvernement, je n’oserai pas franchir le pas, surtout que je ne veux pas crier à mon tour à la théorie du complot.

Si cet homme était connu pour polygamie et surtout pour fraude aux allocations, pourquoi ne pas avoir agit avant? N’est-ce pas un peu dangereux d’attendre qu’une de ses femmes se fasse contrôler
pour accabler le mari?

Comment a-t-on pu laisser cet homme se marier civilement à 4 reprises sans rien dire? N’y a-t-il pas des dossiers à remplir pour se marier en France?

A moins que toutes ses accusations ne soient du vent… Une nouvelle fois des membres de notre gouvernement se seraient enflammer un peu trop vite et auraient parler sans réfléchir? L’homme
accusé ne serait-il pas marier à une seule et unique femme et aurait dans ce cas 3 maitresses? Si on suit cette idée farfelue, 3 des 4 mères de ses enfants ne sont peut être pas mariées. Dans ce
cas, il est fort probable que ces femmes aient le droit à l’allocation parents isolés…

Au pire, toutes mes suppositions sont fausses et je doute à tort des accusations de nos ministres. L’homme est véritablement coupable de s’être marié à plusieurs femmes en même temps et de
recevoir des allocations non méritées. Dans ce cas, mérite-il d’être déchu de sa nationalité française? Pour le savoir, n’étant pas juriste, je me fie aux informations lues et entendues un peu
partout. ET voici les différents motifs pour être déchu de sa nationalité:

  • Etre condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation
  • S’être soustrait aux obligations du service national
  • s’être livré au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France

Pour le bien de nombreux Français (petite pensée à nos footballeurs), j’espère que l’adultère n’entre pas dans un de ces points. Si la fraude aux aides sociales est un motif valable, j’espère que
tous les fraudeurs fiscaux seront eux aussi déchus de leur nationalité! 

 

 

 

Partager l’article !
 
Une contravention et une dénaturalisation:
La semaine dernière, par manque de temps et un peu par lassitude de parler toujours de la même chos …

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Retour sur le débat « Quelles familles pour demain? »

logo-4Ce mercredi soir avait lieu à La Bellevilloise ce qui est désormais un
des rendez-vous classiques de la fondation Terra Nova, la soirée débat « Poings de vue ». Le thème de la soirée était « Adoption, procréation assistée, mères porteuses… quelles familles pour
demain ?
 » et étaient présentes pour débattre Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste, spécialiste en bioéthique et co-présidente du groupe de travail de Terra Nova
consacré à ce sujet et Christine Boutin, ancienne ministre du Logement et de la Ville et présidente du Parti chrétien-démocrate.

 

La soirée commença d’une drôle de manière puisque dès la première seconde de parole de Christine Boutin, des militants LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) pour le droit à
l’homoparentalité se font entendre pour empêcher de parler celle qui s’était fait remarquée récemment en luttant pour interdire un film sur l’homosexualité dans les écoles (Le baiser de la lune).
Une fois les militants mis à la porte et une fois la 2ème salve, bien organisée, également poussée vers la sortie, le débat a pu commencer.

 

Boutin.jpgLe débat s’est déroulé en 2 phases, une première sur l’adoption et la
procréation assistée et une seconde fortement axée sur la GPA (Gestation Pour Autrui, bref les mères porteuses).

Le débat fut cordial même si de nombreux sujets étaient en désaccord. Commençons par LE point d’accord entre nos 2 protagonistes sur le besoin de cesser l’anonymat lors de dons de sperme ou
d’ovocytes afin de permettre a toute personne de retrouver son géniteur ou sa génitrice, dans le sens personne ayant transmis des gènes. A la question de l’animatrice de la soirée avec Olivier
Ferrand, sur les risque de demande de reconnaissance de paternité/maternité par le donneur, Geneviève Delaisi de Parseval (GDdP pour la suite) répond qu’il n’y a pas de peur à avoir, qu’aucun
problème n’a eu lieu dans les pays où l’anonymat n’est plus requis et qu’au pire face à la justice, il était aisé de démontrer que l’enfant est issu de l’assistance médicale à la procréation
(AMP). 

Le soucis est qu’aujourd’hui l’AMP est toujours réservée aux couples hétérosexuels, ce que déplore GDdP. Nous avons eu le droit en retour à la vision de ce que doit être une famille aux yeux de
Mme Boutin: l’importance de « l’altérité sexuelle » pour les repères de l’enfant, une famille fondée sur le mariage et la filiation et donc contre le principe de fécondation in vitro par exemple.

 

Pour introduire la 2ème partie, GDdP explique la vision selon Freud de la maternité (ou « motherhood » en anglais) comme étant un état psychique plus que le résultat de l’acte physique de
l’accouchement. Cet état psychique peut donc être accessible durant l’attente de l’arrivée de l’enfant que ce soit durant un processus d’adoption ou GPA. A contrario, de nombreuses femmes ayant
accouché ne se sente pas « mère » d’où les 15% de dépressions post natale chez la femme ou les différents cas de déni de grossesse.

 

GdPGeneviève Delaisi de Parseval évoque la GPA comme un protocole de maternité
partagée, au même titre que les dons de sperme ou d’ovocytes. La mère porteuse est une femme ayant déjà eu des enfants dans son propre couple, et peut intégrer l’environnement de l’enfant si les
parents le souhaitent. La psychanalyste insiste sur le fait qu’une mère porteuse n’est pas qu’un « four », reprenant ici une expression de Sylviane Agacinski. En revanche, Christine Boutin met en
avant sa peur de monétisation du port de l’enfant (avec pour exemple certains cas américains), et fait des amalgames très peu compréhensibles avec les trafics d’organes dans les pays pauvres…
(j’avoue que résumer les paroles et la pensée de Christine Boutin n’est pas la chose la plus aisée que j’ai eu à faire…)

Pour contrer l’argument mercantile américain, GDdP présente des cas concrets européens comme ce qu’il se passe aujourd’hui en Grèce ou en Angleterre. Au principe américain excessif d’offre et de
demande, elle y oppose les cadres de lois plus posés dans les pays européens permettant le recours aux mères porteuses.

Pour finir sur les mères porteuses et en réponse à une question du public, GDdP précise que suite aux études faites aux USA et au Canada, proportionnellement moins de femmes font une dépression
post natale suite à un accouchement dans le cadre d’une GPA et qu’à une exception près, aucune mère n’a voulu « garder » l’enfant mis au monde pour un couple.

Une autre précision a été apportée suite à une interrogation émise par la secrétaire des Verts au féminisme sur les dangers liés à une grossesse. Il faut donc savoir que les mères porteuses sont
aussi des mères dans leur foyer et donc qu’elles ont déjà eu une ou 2 grossesses menées sans encombres à terme, ce qui réduit les risques. Il a aussi été rappelé que ces questions de dangers ne
sont pas mises sur le tapis quand il s’agit de dons d’ovocytes qui est une opération nettement moins commune, moins naturelle pour la femme que l’accouchement. 

 

Est-ce suite aux interventions qui ont eu lieues en préambule au débat, mais Christine Boutin n’a pas évoqué de la soirée l’homoparentalité elle est en revanche revenue à plusieurs reprises sur
son rejet de la fécondation in vitro, l’assimilant à une pratique eugénique! Ce qui a permis à une femme du public, gynécologue, de rappeler qu’aucune sélection ne pouvait être réalisée durant le
processus, et surtout pas pour déterminer des caractéristiques physiques de l’enfant (si tant est qu’il y ait un enfant puisque le taux de réussite est de 25% aujourd’hui).

 

Pour conclure, débat très intéressant et très instructif sur un sujet que je ne connaissais que très peu avant. Il est toujours bon d’entendre différents points de vue dans une même soirée, que
ce soit au micro avec nos 2 invitées du soir mais également en entendant les remarques et les interrogations du public. Si des lecteurs de ce blog ont assisté à cette soirée, n’hésitez pas à
compléter et/ou corriger mes propos dans les commentaires. 

Pour plus d’informations sur le sujet, je vous invite à consulter le rapport de Terra Nova sur ce sujet : 45e78961-7e46-4f5e-a233-4088215e730c « Accès à la
parentalité : Assistance médicale à la procréation et adoption »

 

Partager l’article !
 
Retour sur le débat « Quelles familles pour demain? »:
Ce mercredi soir avait lieu à La Bellevilloise ce qui est désormais un
des rendez-vou …

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

C’est ça la France?

Je sors un peu de mon terrier avec un peu de retard mais ce week-end je suis tombé sur une vidéo de Nicolas Sarkozy qui m’a profondément choqué. La scène se passe lundi 29 mars devant les
étudiants New-Yorkais de Columbia. Après un discours dans un style « Je donne des conseils d’amis à mes potes les Américains » sur leurs politiques économique et extérieure, notre président répond
aux questions des étudiants. La 2ème question (l’extrait ci-dessous) porte sur le système santé en France. Voici l’intégralité de la scène, garantie sans trucage. 

 

 

Cette vidéo est vraiment à l’image de notre président, vulgaire, ne maniant pas la langue française, condescendant, imbu de sa personne. J’ai véritablement été choqué d’entendre « Vouloir
que les plus pauvres d’entres vous soient pas laissés dans la rue, seuls sans un centime face à la maladie, excusez moi mais nous ça fait jamais que 50 ans qu’on a résolu le problème.
 »
ou « Bienvenue dans le club des états qui laissent pas tomber les gens malades! » de la bouche de la personne qui s’acharne à démanteler petit à petit la Santé en France en
amenant les hôpitaux à la course aux profits, en créant des franchises médicales (système allant à l’encontre même du principe de Sécurité Sociale créée il y a 50 ans), en supprimant le
remboursement de plus en plus de médicaments.

 

Si le Président de la République est l’image de la France à l’étranger, si c’est ça la France, alors j’ai honte de cette représentation de mon pays.

 

Partager l’article !
 
C’est ça la France?:
Je sors un peu de mon terrier avec un peu de retard mais ce week-end je suis tombé sur une vidéo de Nicolas Sarkozy qui m …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

A quoi ressembleront les élections birmanes?

freeburmaSouvenons-nous, il y a 20 ans avaient lieu les premières élections
démocratiques en Birmanie. La National League for Democracy, le parti mené par Aung San Suu Kyi, remportait ces élections haut la main avec 58,7% des suffrages. Cependant la junte Birmane refusa
d’entendre la voix du peuple Birman, annula les résultats et se donna les pleins pouvoirs pour gouverner le pays. Depuis cette date, Aung San Suu Kyi a passé prêt de 15 ans en résidence
surveillée ou en prison.

Depuis ce 27 mai 1990, plus aucune élection libre et démocratique n’a eu lieu dans le pays. 2010 devait donc être l’année du « renouveau » démocratique. La junte a promis depuis 2008 la tenue de
ces élections au printemps ou au début de l’été. Depuis, le gouvernement illégitime précise les modalités de ce scrutin. La dernière décision date d’il y a un peu plus de 2 semaines. Elle indique
qu’aucun prisonnier n’a le droit d’adhérer à un parti politique ou à être candidat aux élections. Cette nouvelle loi met hors jeu tout parti d’opposition dans un pays qui compte plus de 2 200
prisonniers politiques dont Aung San Suu Kyi, Khun Htun Oo (dirigeant de la Shan Nationalities League for Democracy, parti défendant l’ethnie Shan), Su Su Nway (militant du droit du travail)
ou Min Ko Naing (ancien dirigeant étudiant). Rappelons que tous ces prisonniers sont des prisonniers politiques pacifistes et qu’ils ont toujours revendiqué et se sont toujours opposé à
l’armée pacifiquement. Suite à ces nouvelles lois électorales, la Ligue Nationale pour la Démocratie a décidé de boycotter ce simulacre d’élections libre qui n’a pour but que de valider la
constitution mise en place par la junte armée au pouvoir.

 

2010, à une date toujours inconnue, nous devrions donc assister aux premières élections démocratiques depuis 20 ans dans un pays où il n’existe pas de liberté d’expression, où les partis
d’oppositions voient leur adhérents garnir de plus en plus les gêoles. On peut donc se demander avec la plus grande curiosité à quoi ressembleront ces élections?

 

Ce qui est rassurant pour nous Français, c’est que malgré les agissements du gouvernement totalitaire birman, certaines de nos plus grandes entreprises y trouvent leurs comptes. Total y est
présent depuis de trop nombreuses années pour exploiter un gisement de gaz et Alcatel est en train de participer à la création d’un projet de surveillance et de filtrage des informations et des
communications sur internet dans le pays. 

 

Pour plus d’infos sur le sujet, faites comme moi et suivez ce site : logoIBsite.jpg

 

Partager l’article !
 
A quoi ressembleront les élections birmanes?:
Souvenons-nous, il y a 20 ans avaient lieu les premières élections
démocratiques en Birmani …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized