Archives mensuelles : juin 2010

Les mains en l’air

LES MAINS affiche reduiteUne dame âgée qui, d’une voix douce, dit : « Ca se passe en 2008 ou 2009. Je ne me souviens plus qui était président de la République en
2009
« . Ainsi débute « Les mains en l’air« . Après le très élégant et émouvant « Welcome » de Philippe Lioret (sorti en 2009), voici un nouveau film sur le sort
des étrangers en situation irrégulière en France. L’originalité du film de Romain Goupil est le point de vue. En effet, nous avons à faire ici à un film d’enfants. C’est l’histoire d’une bande de
5 enfants, scolarisés dans une école primaire du 18ème arrondissement. L’une d’elle, Milana, est une tchétchène arrivée illégalement avec ses parents il y a 7 ans. Un autre enfant du groupe,
Youssef, se fait arrêter puis expulser pour être sans papiers. Voila le point de départ du film. Nous assisterons durant 1h30 à la vie de ces enfants, leurs joies, leur insouciance, leurs jeux
mais aussi leurs peurs, leurs craintes devant des évènements qui les dépassent.

 

 

Romain Goupil a trouvé le bon angle d’attaque pour montrer un sujet sérieux tout évitant les lourdeurs d’un film donneur de leçon. Tous ces jeunes enfants sont excellents de fraicheur. Le choix
de Valeria Bruni-Tedeschi, soeur de Carla et donc belle-soeur de Sarkozy, est un clin d’oeil plein de malice. 

 

 

Au final, ce film m’a donné l’impression d’un heureux croisement entre « Génial mes parents divorce » pour le coté comédie enfantine qui montre des enfants de CM2 faire les 400 coups et « Au revoir
les enfants » pour le coté tragique et ignoble de la trame de fond. Un film que je recommande pour sa vision d’actualité (tous les faits autour des enfants ont bien eu lieu) et qui rassure en
montrant qu’il existe encore en France une contre-culture qui ne dit pas toujours amen à l’exécutif.

 

Partager l’article !
 
Les mains en l’air:
Une dame âgée qui, d’une voix douce, dit : « Ca se passe en 2008 ou 2009. Je ne me souviens plus qui était président de la …

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Enfin une avancée pour les sans papiers

 

regularisons-travailleurs-sans-papiers-L-1.jpgDepuis ce week-end, la place de la Bastille a
retrouvé son rythme de vie habituel. Les jeunes passent leur temps sur les marches de l’opéra, les touristes passent en commentant l’allure de l’édifice. Il n’y a plus de traces des grévistes
sans papiers qui ont occupé les lieux depuis 1 mois. Début juin, j’avais parlé de cette prise de la Bastille par les CRS qui avaient chassé les grévistes des marches. Depuis les grévistes
s’étaient organisés pour installer un camp de fortune, les conditions de vie étaient loin d’être correct et l’état de certains sans papiers semblait se détériorer au fil des jour.

 

 

 

Si le camp a disparu, c’est le signe que les négociations entre syndicats et gouvernement ont abouti. Vendredi 18 juin, le ministère de l’immigration a publié un texte présentant les nouveaux
critères de régularisation des travailleurs sans papiers.

 

 

A présent, pour être régularisé, le salarié sans papiers devra désormais justifier de 12 mois d’activité salariée dans les 18 derniers mois avant le dépôt (au lieu de 12 mois d’activité continue
dans les 12 derniers mois), dont six mois d’activité salariée dans les douze derniers mois.

Les intérimaires devront justifier de 12 mois d’activité dans les 24 derniers mois, dont six dans les 12 derniers mois.

Le demandeur, notamment dans le nettoyage et l’aide à la personne, pourra se prévaloir de documents émanant de plusieurs employeurs. Il pourra également fournir plusieurs promesses d’embauche et
pourra prétendre à une régularisation pourvu qu’en cumul des heures proposées, le salaire mensuel atteigne au moins le Smic. 

 

 

Je félicite les 6250 grévistes sans papiers, les syndicats et les associations qui ont participé à cette avancée pour reconnaitre les travailleurs sans papiers comme des travailleurs en tant que
tel et non pas des délinquants n’ayant rien à faire sur le territoire. A présent, il reste à être vigilant pour que ces règles soient le plus rapidement appliquées et le soient toujours dans le
futur.

 

 

Pour finir, je voudrais signaler un rassemblement festif le 18 septembre à Bercy pour soutenir les travailleurs sans papiers et leur famille. Au programme 19 artistes seront sur scène, dont Abd
Al Malik, Agnès Jaoui, Daniel Darc, les Têtes Raides ou les Wampas. Pour plus d’informations, vous pouvez cliquez sur l’image ci-dessous.

RSP15x21 400x556

 

Partager l’article !
 
Enfin une avancée pour les sans papiers:
 

Depuis ce week-end, la place de la Bastille a
retrouvé son rythme de vie habituel …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

France inter…minable

france-inter.jpgIl n’est pas toujours facile de s’exprimer à la radio ou à la télévision. Quand on travaille dans une entreprise privée, il faut
faire attention de ne pas froisser ses actionnaires, ne pas être trop virulents pour ne pas faire peur aux annonceurs, mais avoir un discours qui plait à ses auditeurs, clé de voute de
l’entreprise. Pas d’auditeur, pas d’annonceur; pas d’annonceur, pas de revenu; pas de revenu, pas de moyen pour créer des programmes.

Autre alternative, travailler dans une entreprise du service public. Les actionnaires sont les auditeurs (n’en déplaise à Philippe Val, il n’y a que très peu de publicité
(aucune sur certaines antennes, comme France Inter par exemple). 

Pour garantir l’égalité entre les radios ou les chaines de télévision, une autorité indépendante (le CSA) est là pour veiller au bon fonctionnement et au bon respect des devoirs de chacun.

 

 

Avec cette description, on se prend à rêver à une liberté de ton sur les antennes de Radio France, et principalement chez son porte étendard, France Inter. Bien sur ce n’est qu’illusion et il
suffit d’écouter une interview de Nicolas Demorand le matin ou de Stéphane Bern le midi pour comprendre que l’animateur n’est qu’un faire-valoir pour l’invité plus qu’un trublion perturbateur.
Heureusement pour contrebalancer les mièvreries des animateurs, des chroniqueurs sont appelés à la rescousse pour avoir des visions plus critiques, moins consensuelles. C’est ici qu’intervient et
prend tout son sens l’intervention d’un Didier Porte, d’un Daniel Morin ou d’un Stéphane Guillon. A base d’humour noir, de cynisme et de plus ou moins bons mots, ces chroniqueurs mettent à mal
l’image de l’invité ou des personnes faisant l’actualité. 

 

 

Mais cela ne plaît pas à tout le monde, et notre leader minimo n’aime pas avoir les oreilles qui sifflent. Avons-nous à faire à de l’autocensure par la direction ou à un réel interventionnisme
étatique? Toujours est-il que la nouvelle grille de France Inter se fera sans Stéphane Guillon, ni Didier Porte. Quoiqu’en dira Philippe Val ou Jean-Luc Hees, c’est encore une fois un grand coup
porté à la liberté de pensée de France Inter. Rappelons qu’en fin de semaine dernière, les journalistes de l’antenne avaient déjà adopté une motion contre cette nouvelle grille suite aux
suppressions des émissions « Esprit Critique » et « Et pourtant, elle tourne« . Il ne faut pas confondre radio de service public et radio d’état et espérons que le dos rond fait à
l’exécutif n’entame pas la qualité d’une des premières radios de France.

 

 

Pour conclure, voici la chronique de lundi de Stéphane Guillon:

 

 

 

Partager l’article !
 
France inter…minable:
Il n’est pas toujours facile de s’exprimer à la radio ou à la télévision. Quand on travaille dans une entreprise priv …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Comment vote-on en Belgique?

 

 

Ce dimanche, nos voisins belges étaient appelés à se rendre aux urnes pour les élections législatives. L’enjeu de ce scrutin est de taille avec la tentative d’avoir enfin une chambre des députés
avec une majorité qui permettrait la formation d’un gouvernement stable, chose qui n’a jamais pu être réalisée depuis les dernières législatives de l’an dernier. Autre interrogation liée à ce
scrutin, l’évolution du vote indépendantiste flamand.

 

ps-belge.png

 

Je ne vais pas essayer de faire une analyse des résultats du jour. Je tiens juste à saluer la belle performance des socialistes belges. En additionnant les scores du PS wallon et du SPa flamand,
les socialistes belges obtiennent 39 des 150 sièges de la chambre des députes (26,67 %). En revanche les indépendantistes flamands sont devenus la 1ère formation flamande avec 25 sièges pour le
N-VA (Nieuw-Vlaamse Alliantie, Nouvelle Aliance Flamande) et 13 sièges pour les indépendantistes d’extrême-droite du Vlaams Belang.

Si on peut espérer qu’Elio Di Rupo, chef de file du PS wallon, puisse devenir le prochain 1er ministre belge, quelle orientation va-t-il donner à son gouvernement avec la puissance nouvellement
acquise du N-VA dont le leader souhaite « l’évaporation de la Belgique »?

 

 

 

En suivant un peu ces élections, j’ai remarqué plusieurs différences avec le fonctionnement français, et peut être y a-t-il des axes de réflexion pour essayer de redynamiser la participation à
nos élections.

 

  • Chez nos voisins, il ne s’agit pas de droit de vote mais d’un devoir. Le vote est obligatoire et soumis à amende en cas d’abstention (même si sur ce point il semble que les sanctions soient
    peu appliquées). Au final, une moyenne d’abstentionniste autour de 10% et les commentaires sur les scores peuvent se concentrer sur les partis politiques plutôt que sur les absents. Ma crainte
    est qu’en cas de désillusion massive de la population, les voix s’orienteraient vers des partis populistes plutôt que vers des partis réformateurs ou progressistes.

 

  • Les bureaux de vote sont ouverts de 8h à 15h, soit 3 à 5h de moins qu’en France alors qu’avec le vote obligatoire, plus de personnes se rendent aux urnes. Y a-t-il plus de bureaux de vote
    pour éviter des files d’attente? 

 

  • Pour les dernières élections régionales en France, il avait été un peu fastidieux de trouver des assesseurs pour tenir tous les bureaux de vote et garantir la représentation de la pluralité
    des partis dans la tenue des bureaux. En Belgique, les assesseurs (et donc je suppose le président du bureau de vote également) touchent une indemnité très faible (par exemple Geoffroy Coomans a touché 23,40€, d’autres ont gagné un peu plus de 5€…). A noter également que n’importe quel électeur peut être
    volontaire pour être assesseur, de la même façon qu’en France, on « recrute » des volontaires pour le dépouillement.

 

  • Toujours dans le bureau de vote de Geoffroy Coomans, il y avait une assesseure de confession musulmane (bon je pense que ce
    détail peut être négligeable) qui aidait les électeurs en faisant la traduction en arabe ou en néerlandais. C’est une idée qui peut être intéressante à explorer pour amener aux urnes des citoyens
    d’origine étrangère en délicatesse avec le français.

 

  • Si pour ces élections législatives fédérales, seules les personnes ayant la nationalité belge sont autorisées à voter, pour les élections municipales, tous les habitants (belges, européens et
    même hors UE) sont autorisés à voter à condition de faire l’action de s’inscrire sur les listes électorales.

 

  • Pour ces élections, 44% des électeurs ont voté par vote électronique au moyen d’une carte magnétique en utilisant une carte du même type que nos cartes de crédit et une machine avec un écran
    tactile. Si l’interface est simple, cala peut moderniser l’action de voter, mais comme toujours, comment garantir le non trucage des résultats? 

 

 

Voila pour un tour d’horizon rapide de ce qu’il se passe chez nos voisins d’outre-quiévrain. Je n’ai pas encore trop réfléchi à l’intérêt de reprendre tout ou partie de ces différences, mais je
suis très agréablement surpris sur le droit de vote de tous les résidents en Belgique pour les élections locales. J’ai hâte de voir cette ouverture en France!

 

Partager l’article !
 
Comment vote-on en Belgique?:
 

 

Ce dimanche, nos voisins belges étaient appelés à se rendre aux urnes pour les …

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Qui pour les primaires?

 

Mardi 8 juin, le conseil national du Parti Socialiste a voté à une quasi unanimité le texte organisant la rénovation du parti. Ce texte accessible ici prévoit l’organisation de primaires pour la sélection du
candidat aux présidentielles, le renouvellement du parti (parité, diversité et non cumul des mandats).

Les primaires sont donc, comme prévu, ouvertes à tous les partis de gauche et s’adressent à tous les sympathisants de gauche. C’est un nouveau pas en avant du PS dans la modernisation de la vie
politique en France.

 

primaires-1

 

Pourtant certains sont sceptiques sur la direction que prennent ces primaires et ont peur d’un choix biaisé à cause d’accords possibles entre grands noms du parti. Depuis quelques temps, il
semble acquis que Martine Aubry et Dominique Strauss Kahn aient conclu un pacte de non agression, désigné dans les médias comme le pacte de Marrakech. De la même façon, Ségolène Royal souffle le
chaud et le froid en annonçant une semaine qu’elle serait d’accord de se ranger derrière l’un des deux avant de se voir comme gagnante des primaires la semaine suivante.

Ils craignent donc la création de primaires faussées.

 

 

Pour moi, le but de ces primaires est de départager des visions sur ce que doit être le projet de la gauche en 2012. Si DSK, Aubry et Fabius pensent être d’accord sur un même projet, ou qu’il n’y
ait pas assez points clivants, alors il n’y a pas besoin d’avoir tous ces candidats à la candidature. Autant laissé la place à la nouvelle génération comme Valls, Montebourg ou Moscovici ou à des
moins jeunes qui n’ont jamais gouté à la participation à un gouvernement comme Delanoë ou Hollande et qui souhaitent, chacun dans leur style et leur façon de penser, incarner un autre vision du
PS.

 

primaires-2

 

En plus des sceptiques au sein du PS, les partis traditionnellement amis, le MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) et le PRG (Parti Radical de Gauche), ont annoncé qu’ils ne voulaient pas
participer à ces primaires ouvertes.

 

A mes yeux, c’est justement pour lutter contre cette vision « éléphantesque » du PS que certains peuvent avoir (que je ne valide pas), que les partis partenaires devraient participer pour présenter
leur projet et apporter ainsi un éclairage particulier sur leurs idées plutôt que d’attendre les présidentielles et être mélangé à la masse des formations en lice.  

On peut reprocher de nombreuses choses au PS, à tort ou à raison, mais on ne peut pas lui en vouloir de la non participation des autres formations de gauche.

 

 

Au fond, ceux qui rale sur ces accords de principe, ne serait-ce pas par déception de ne pouvoir assister à une nouvelle (et dernière?) guerre interne entre les éléphants? Un conflit de famille
qui, par l’éparpillement des voix, permettrait que le choix final porte sur un outsider plus par défaut que par rassemblement sur un nom?

 

 

A l’heure actuelle, je trouve que l’on part sur de bonnes bases avec des primaires entre 3 et 5 candidats, un mélange entre nouvelle et ancienne génération. Je trouverais dommage de ne pas avoir
de candidat à la candidature issus d’autres formations politiques. Puisque tous les électeurs de gauche seront appelés à se prononcer, autant faire qu’un large panel de candidats soit présent. Si
c’était le cas, nous aurions plus de chance de faire un bon score au 1er tour des élections présidentielles et donc d’avoir une bonne dynamique pour le second tour.

 

 

Partager l’article !
 
Qui pour les primaires?:
 

Mardi 8 juin, le conseil national du Parti Socialiste a voté à une quasi unanimité le texte organisa …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La prise de la Bastille

Ils vivent ici, ils travaillent ici, ils restent ici! Ils sont courageux ces grévistes sans papiers! Depuis l’automne 2009, des milliers d’employés de la restauration, du batiment et d’autres
secteurs sont en grève.

Leur revendication commune? L’obtention du droit à travailler, et travailler légalement! Ils sont sans-papiers, arrivés clandestinements ou victimes d’un non renouvellement de leur titre de
séjour, ils sont officiellement les malvenus en Europe. Pourtant, ils travailent ici, ils vivents ici, ils cotisent ici pour une assurance chômage ou une pension de retraite qu’ils ne pourront
jamais toucher…

 

Depuis le 27 mai, ces travailleurs sans papiers occupent les marches de l’Opéra Bastille, et ceci dans le plus grand respect du lieu, des piétons et des alentours (quoiqu’en disent les policiers
interrogés jeudi soir). Pendant ce temps là, les syndicats travaillent avec certaines associations pour organiser les mobilisations et les comités de soutiens…

 

Mais ce jeudi 3 juin 2010, des centaines de CRS et de gendarmes mobiles sont intervenus pour déloger les sans papiers des marches de l’Opéra à coups de gaz lacrymogène et de violence gratuite. La
police annonce aucune interpellation malgré les dénégations de la CGT et les photos prises durant l’opération (cf. les photos de l’AFP dans le diaporama). 

Dans la nuit de jeudi à vendredi en rentrant chez moi, j’en ai profité pour passer voir ce qu’il en était de la mobilisation et pour demander quelques nouvelles au près d’une personne de la CGT.
Cette personne m’a garanti que toutes les personnes interpellées avaient été relachées. Heureusement aucune ne passera donc la nuit en garde à vue ou dans un centre de rétention.

 

Le résultat de l’opération est incroyable, voire pitoyable! Au lieu d’avoir des manifestants 24h/24 sur les marches de l’opéra, le parvis devant les marches est noir de monde alors que les
marches de l’opéra sont sérieusement gardées par un cordon de CRS bien serrés. Avec les nouvelles hautes températures, l’absence d’ombre et des conditions de vie loin d’être parfaite, il faut
espérer une sortie de conflit rapide et positive.

 

 

Partager l’article !
 
La prise de la Bastille:
Ils vivent ici, ils travaillent ici, ils restent ici! Ils sont courageux ces grévistes sans papiers! Depuis l’automne 2 …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Libérez les!

Vous l’avez peut-être remarqué, leur visage est apparu cette semaine sur mon blog.  

get.aspx.jpeg


Il s’appelle Hervé Ghesquière (à droite), il a 47 ans et est journaliste rédacteur à France3. Hervé a couvert les guerres en ex-Yougoslavie,
au Rwanda, en Irak et au Cambodge.

Il s’appelle Stéphane Taponier (à gauche), il a 46 ans et est journaliste reporter d’images à France3. Stéphane a filmé de nombreux conflits
en Afrique, en Irak et aussi en Afghanistan.

Stéphane et Hervé sont retenus en otage par les talibans en Afghanistan depuis le 30 décembre 2009. Depuis 156 jours, ils sont détenus dans un pays en guerre avec
leurs 3 accompagnateurs Mohamed Reza, Ghulam et Satar. Le dernier signe de vie date du 8 avril dans une vidéo filmée par leurs ravisseurs.



Etrangement, et même si ce n’est pas le cas au vu des rassemblements hebdomadaires, ils semblent oubliés par les comités éditoriaux des différentes chaînes du
service public où aucun décompte n’est réalisé, où trop rarement leurs noms sont cités à l’antenne. De nombreux anciens otages l’ont souvent dit, c’est la mobilisation, le fait de savoir que l’on
pense à eux, qui leur permet de garder espoir dans les moments les plus durs.

 


Au début de leur captivité, des proches du président de la République (conseillers, porte-paroles ou ministres) ont émis des critiques sur leur présence dans des
zones dangereuses, d’autres ont critiqué les coûts engagés dans les opérations mises en oeuvre pour les retrouver. Au risque de déplaire à certains, le journalisme, ce n’est pas seulement aller à
la rencontre de la France profonde pour meubler des JT. C’est aussi couvrir les points sensibles du globe pour retranscrire et analyser les faits pour aider à comprendre ce qu’il s’y passe. C’est
d’autant plus vrai dans le cas de l’Afghanistan où de nombreux soldats français sont embourbés dans une guerre sans fin, où l’exécutif décide sans exposer plus de réels arguments d’augmenter le
nombre de troupes présentes sur le terrain.

 


Pour la liberté de la presse, pour tous les journalistes emprisonnés de part le monde, n’oublions pas Stéphane, Hervé, Mohamed Reza, Ghulam et Satar. Faisons tout
pour qu’ils soient libérés au plus vite, pour qu’ils reviennent sain et sauf!


Pour montrer son soutien, il est possible de signer la pétition en ligne.  petition

 

Le site de leur comité de soutien: http://www.soutienherveetstephane.org/ 

 

Partager l’article !
 
Libérez les!:
Vous l’avez peut-être remarqué, leur visage est apparu cette semaine sur mon blog.  

Il s’a …

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized